Le 30 octobre 1999…

Publié le par mimline

 

Il était blond, aux yeux bleu, une musculature de rêve ni trop ni trop peu. Il avait une bouche juste comme il faut, une bouche parfaite, douce, tendre… Et bien sûr le divin sourire qui l’accompagnait. Les yeux sourire, les dents blanches. Toujours de bonne humeur. Toujours pétillant. Il m’a séduite une nuit sur une île Grecque. Nous faisions du camping, on dormait à la belle étoile, tout un groupe. Il m’avait déjà fait son opération séduction toute la journée mais j’avais résisté comme j’avais pu, car bien sûr c’était un dragueur, aussi séducteur que son physique lui permettait. Un ange.

Et puis quand il m’a mis un des écouteurs de son walkman avec la musique du grand bleu sur les oreilles et qu’il a plongé son regard tout aussi bleu dans mes yeux en me caressant tendrement les cheveux j’ai fini par craquer.  Et on s’est embrassé, des heures et des heures, sur le grand bleu qui passait en boucle dans nos oreilles. Divin. 3 jours d’idylle s’en sont suivis. Il chantait aussi, merveilleusement bien. Le soir on se retrouvait seul au bord de la plage et il me chantait la chanson de Balavoine « La vie ne m’apprends rien » on regardait la mer. C’était comme dans un rêve. Mieux qu’un rêve.

Et puis 3 jours après il faisait son numéro de charme ailleurs pendant que moi je me faisais charmer par son meilleur ami Vincent. Nous étions ado alors forcément le grand amour ce n’était pas pour tout de suite. La fin des vacances s’est déroulée comme ça. Lui et Caro, moi et Vincent dans la bonne humeur. Mais la complicité qu’il y’avait entre nous ne s’est jamais arrêté elle. Plus fort qu’une histoire d’amour, une histoire d’amitié. On savait qu’on serait toujours présent l’un pour l’autre dans n’importe quelles circonstances. On se comprenait d’un regard. On n’avait pas besoin de parler.


Puis retour à la réalité. Retour en France. On se téléphonait 2 fois par semaines, tous les samedi soir avant notre sortie hebdomadaire, on habitait à 60km l’un de l’autre, l’autre bout du monde quand on a pas encore de permis ! Mais on ne ratait jamais notre coup de fil du samedi et on parlait de tout et de rien, on riait, on se racontait nos conquêtes du moment, le BAC qui approchait, les profs qui nous gonflaient... On était jeune, insouciants, c’était la belle époque. On arrivait à se voir de temps en temps mais c’était rare.


Et puis un samedi il n’a pas téléphoné, c’était toujours lui qui téléphonait ce jour là. Il n’avait sûrement pas eu le temps, on s’appellerait le lendemain tant pis. Quand même, j'étais un peu déçue.


Dimanche matin un coup de fil étrange, surréaliste. Pas lui mais une amie en commun. Je raccroche. Je n’y crois pas. Je l’appelle sur son portable. Il ne décroche pas. Je vais chercher le journal. Je lis l’article. Je n’y crois toujours pas. J’essaie encore de l’appeler. Il ne décroche toujours pas. J’appelle Vincent sachant pertinemment qu’il est en vacances quelque part dans les îles, son avion a décollé la veille au matin, mais j’espère tomber tout de même sur sa mère, sa sœur, son père, peut importe. Mais c’est bien lui qui décroche. Il n’est pas parti. La police l’a retrouvé à l’aéroport avant son départ. Il était avec lui le vendredi soir. Il doit donc rester car une enquête est en cours. Il me confirme l’article. Je lâche le combiné du téléphone. Trou noir.


Aujourd’hui encore je garde cette journée gravée dans ma mémoire en détail. Aussi bien que je garde en mémoire la nuit du grand bleu. Aujourd’hui encore on ne sait pas très bien ce qui s’est passé cette nuit du 30 octobre 1999. Dans quelles circonstances cette tragédie est arrivée. L’affaire est classée c’est un « cold case ».


Mais aujourd’hui ça fait déjà 9 ans. 9 ans que je sais que je ne recevrais plus jamais de coup de téléphone le samedi soir. 9 ans que tu nous a quitté Fred et on ne sait pas encore vraiment comment. 9 ans et c’est comme si c’était hier. Sauf que toi tu as toujours 17 ans...


Et depuis ce jour les paroles de cette chanson prennent plus de sens que jamais. Comme si tu savais. Comme si tu avais su. Mais ce qu’on ne saura jamais nous c’est si ce train c’est bien toi qui l’a choisi… Ou pas.

 

 


Daniel Balavoine "La vie de m'apprend rien"


Qui ose dire qu'il peut m'
apprendre les sentiments
Ou me montrer ce qu'il faut faire pour être grand
Qui peut changer ce que je
porte dans mon sang

Qui a le droit de m'interdire d'être vivant
De quel côté se trouvent les bons ou les méchants
Leurs évangiles ont fait de moi un non-croyant

La vie ne m'apprend rien
Je voulais juste un peu parler, choisir un train
La vie ne m'apprend rien
J'aimerai tellement m'accrocher, prendre un chemin
Prendre un chemin

Mais je n'peux pas, je n'sais pas
Et je reste
planté
Les lois ne font plus les
hommes
Mais quelques hommes font la loi
Et je n'peux pas, je n'sais pas
Et je reste planté là

À ceux qui croient que mon argent endort ma
tête
Je dis qu'il ne suffit pas d'être pauvre pour être honnête
Ils croient peut-être que la liberté s'achète

Que reste-t-il des idéaux sous la mitraille
Quand les prêcheurs sont à l'abri de la bataille
La vie des morts n'est plus sauvée par des
médailles

La vie ne m'apprend rien
Je voulais juste un peu parler, choisir un train
La vie ne m'apprend rien
J'aimerai tellement m'accrocher, prendre un chemin
Prendre un chemin

Je n'peux pas, je n'sais pas
Et je reste planté là
Les lois ne font plus les hommes
Mais quelques hommes font la loi
Et je n'peux pas, je n'sais pas
Et je reste planté là

La vie ne m'apprend rien...

 


Publié dans Mes coups de gueules

Commenter cet article

Emma79 02/11/2008 16:03

Quelques mots pour te dire combien cette histoire, cette vie achevée trop tôt m'a beaucoup émue.
Ta note est un bel hommage à ton ami.
Bises
Emma

Magali 31/10/2008 09:41

Le calendrier, les dates... nous font revivre des émotions qu'on aimerait croire apaisées... Je trouvais cette chanson très jolie... désormais je l'écouterais autrement et aurais une pensée pour ton ami...
Biz Mimline

Françoise 31/10/2008 00:01

Tes mots...
Que te dire ?
Bise bien amicale

Françoise

mariemae 30/10/2008 23:02

très émouvant j'en ai les larmes aux yeux, j'ai l'impression que c'est moi qui vit cette tragédie!!!!!!
que dire de plus!!!!
bisous
marie, maé et noan

Rhea 30/10/2008 22:03

Emouvant ce post... Si j'ai bien compris ton ami se serait suicidé?